Attaque allemande de grand style sur tout le front de l'Argonne

Marne
Le Bois Sabot - Droits réservés
Jeudi, 15 Juillet, 1915
Attaque brusquée en Argonne
 
Dès l’automne 1914, la place forte de Verdun forme un saillant sur le front de la Meuse. Voulant éviter l’assaut frontal, les Allemands tentent durant toute l’année 1915 de faire tomber la forteresse en étant offensive sur les ailes, de multiples attaques sont lancées sur les Côtes de Meuse à l’est et dans le massif forestier de l’Argonne à l’ouest.
 
Le front d’Argonne est typique des combats en forêt et son relief accidenté va faire l’objet d’une attaque de grand style, préparée par le général von Mudra. Le 13 juillet 1915 au matin les lignes et les arrières françaises établies du bois de la Gruerie à la Haute Chevauchée subissent un bombardement effroyable, des arbres centenaires sont déracinés et projetés dans les airs, les ravins sont noyés par les gaz (lors de cette attaque est utilisée pour la première fois dans la Marne l’arme chimique), les voies de communication avec l’arrière sont coupées. La première vague allemande, appuyée par des lances-flammes, s’infiltre dans les ravins et encerclent les hauteurs. Elle occupe rapidement la première ligne française, dans certains endroits la deuxième ligne est menacée. Les troupes françaises sont désemparées et l’approche des renforts dans la forêt meurtrie est très difficile. Les combats ne cessent pas la nuit, le lendemain les combattants français contiennent la poussée allemande et édifie une nouvelle ligne de feu plus au sud, la situation semble être sauvée en ce jour salutaire du 14 juillet 1915.
 
La forêt n’existe plus et son sol va faire l’objet d’une autre forme de combat : l’impressionnante et terrifiante guerre des mines.
 
retour à la ligne du temps