Le dirigeable français Dupuy de Lôme est abattu

Marne
Le dirigeable militaire Dupuy de Lôme - Droits réservés
Lundi, 24 Août, 1914
Méprise dans le ciel de Reims
 
En 1914, la France ne dispose que de 5 dirigeables dont le rayon d’action n’est pas comparable aux Zeppelins allemands, ils sont positionnés sur les places fortes de la frontière (Maubeuge, Verdun, Toul, Epinal). Ils peuvent voler la nuit et de préférence par plein lune, ce que ne peuvent faire les aéroplanes de l’époque. Leur mission est essentiellement de la reconnaissance et accessoirement du bombardement. Ils sont peu connus des troupiers français, qui croient voir dans tout objet volant gonflable un zeppelin.
 
Le dirigeable Dupuy de Lôme (de fabrication Clément-Bayard) effectue le 20 août 1914 une mission de bombardement dans la région de Louvain. Mais l’avance des troupes allemandes menace Maubeuge et le dirigeable doit quitter son lieu de stationnement initial. Dans la nuit du 23 au 24 août il prend la direction du sud, vers Reims. La vue du dirigeable affole des soldats français postés aux abords de la ville, ils sont certains qu’il est allemand, son arrivée n’a pas été signalé et il vient du nord. Sans ordre, ils fusillent et tirent au canon sur le dirigeable, la voile s’enflamme, il tombe près de Courcy. Un des pilotes, le lieutenant Jourdan, est tué, premier aérostier à périr de la guerre.
 
D’autres incidents similaires sont signalés, les dirigeables souffrent plus des tirs français que de ceux de l’ennemi. Leur vol est suspendu par le haut commandement dans l’attente d’une procédure permettant aux appareils de sortir des lignes et d’y retourner sans risque d’être abattu par son propre camp.
 
Malgré une utilisation avancée de cette arme par les Allemands, les dirigeables perdront de l’importance face aux progrès de l’aviation. Ces monstres des airs s’éteindront peu à peu avec la mort de leur inventeur en 1917, le comte Ferdinand von Zeppelin.
 
retour à la ligne du temps