National
Emile Engel - Bibliothèque nationale de France - Domaine Public
Dimanche, 28 Juin, 1914

Le 28 juin 1914, à Saint-Cloud la foule se presse pour assister au départ de la 12ème édition du Tour de France. A 10h45 et au son du coup de feu, 145 coureurs s’élancent  pour un parcours de 5 411 km en 15 étapes. Quelques minutes après, un autre coup de feu tiré à Sarajevo va plonger l’Europe et le monde dans une crise sans précédent.

Les vainqueurs des 11 éditions sont présents : Lucien Petit-Breton, François Faber, Philippe Thys pour les plus célèbres. L’équipe Peugeot remporte 11 étapes et une lutte serrée oppose Philippe Thys (Belge) à Henri Pélissier. Au prix d’incroyables efforts, 54 coureurs franchissent la ligne d’arrivée. Déjà vainqueur en 1913, Philippe Thys remporte cette 12ème édition le 26 juillet 1914.

Les tensions diplomatiques s’aggravent, la mobilisation est décrétée, à peine remis de cette performance, une autre épreuve attend les coureurs, inhumaine et sanglante, 48 d’entre eux ne reviendront pas des champs de bataille de la Grande Guerre. Emile Engel, vainqueur de la 3ème étape (Cherbourg-Brest – 405 km) est mobilisé au 72ème RI, il se bat à Virton en Belgique, connaît les longues marches de la retraite sous l’écrasant soleil du mois d’août. Il tombe en pleine bataille de la Marne à Maurupt-le-Montois le 10 septembre 1914.

Au lendemain de la signature du traité de Versailles, une course emprunte d’émotion est lancée le 29 juin 1919 : le circuit des champs de batailles. Les rangs sont clairsemés, 60 coureurs au départ, une petite dizaine à l’arrivée. Le favori de la course se distingue pour la première fois par le port d’un maillot de couleur jaune. En hommage aux coureurs tombés durant le conflit, l’itinéraire de la course emprunte l’ancien front et reprend le tracé des frontières retrouvées en passant par Strasbourg et Metz. 

retour à la ligne du temps