Marne
Maurice Prévost - G. Grantham Bain collection - Via Wikimedia Commons
Lundi, 29 Septembre, 1913

 

Le meeting de 1913 est la dernière manifestation aérienne d’ampleur avant la Grande Guerre. D’une dimension mondiale, c’est une véritable ville qui est créée dans la plaine de Bétheny avec la sortie de terre en quelques mois d’importantes infrastructures provisoires appelées Aéropolis, un défi technique et humain encore jamais vu. Le nord de Reims est particulièrement bien approprié pour ce type d’évènement : zone bien desservie par les voies de communication, conditions topographiques idéales, un endroit bénéficiant du prestige des exploits et des précédents meetings. Durant une semaine, c’est près d’un million de visiteurs qui sont recensés et les plus hautes autorités nationales et internationales font le déplacement. Evènement d’une grande attractivité, toute la société civile et militaire veut être témoin de ces performances fascinantes. Un an plus tard, le front s’établira dans ce secteur, effaçant à jamais toutes traces matérielles de ce passé prestigieux.
 
Le 29 septembre 1913, un employé comptable de Reims, Maurice Prévost, surprend l’assistance et les plus grands en remportant la coupe de vitesse Gordon Bennett. Son avion monocoque, un Déperdussin, est profilé pour la vitesse, il atteint plus de 200km/h. C’est un nouveau record, une nouvelle avancée, préannonçant les progrès vertigineux accomplis dans ce domaine au XXème siècle. Près du terrain des premiers exploits aériens, Maurice Prévost repose aujourd’hui au cimetière du Sud à Reims, son buste posé sur la pierre tombale rappelle la vocation de ce pionnier de l’aviation.
 
retour à la ligne du temps