« Un siècle de mémoire, entre passé et modernité »

Retrouvez  ici une sélection de site pendant la Grande Guerre : en quoi ces lieux ont été décisifs, les batailles qui s'y sont déroulées, les  personnages marquants…  et en parallèle de ces éléments historiques une présentation de ce lieu aujourd’hui : qu’est-il devenu, un musée, un lieu de mémoire ? Est-il possible de le visiter ? Que va-t-il s’y passer dans le cadre de la commémoration…

Le Blanc Mont

Le 26 septembre, la 4ème Armée, avec le général Gouraud à sa tête, donne l’assaut sur la ligne des buttes.
Les Français avancent de cinq kilomètres jusqu’aux hauteurs de Somme-Py et réoccupent la butte de Tahure.

La Chapelle Russe

La Russie accepte d'envoyer 50 000 hommes combattre aux côtés des troupes françaises et britanniques.
Au terme d'accords signés en décembre 1915, la Russie tsariste a accepté d'envoyer en échange de matériel de guerre et de munitions, quatre brigades d'infanterie (soit 50 000 hommes), pour combattre aux côtés des troupes françaises et britanniques : la 2e et la 4e brigade dans les Balkans et sur le front de Salonique ; la 1ère et la 3e brigade sur le front français, en Champagne.

Mémorial de Dormans

L’emplacement du monument marque symboliquement le franchissement de la Marne par les troupes allemandes en 1914 et en 1918, menaçant ainsi Paris à deux reprises.
Cet ensemble architectural d’exception résume toute l’ampleur du sacrifice humain de la Grande Guerre. Le cheminement invite au recueillement à travers la crypte, la chapelle supérieure, le cloître, la lanterne des morts et l’ossuaire où sont entreposés les ossements de combattants de toutes les nationalités confondues.

La côte 191 - Massiges

Pour cette première journée de combat, chaque doigt de la Main aura couté une moyenne de 1 000 hommes.
Les Allemands se sont, dès leur repli en septembre 1914, retranchés sur cette hauteur naturelle dont la forme ressemble à une main gauche posée à plat sur le sol, chaque doigt représentant un bastion de cette forteresse naturelle.

Monument de Mondement

Le château de Mondement, position dominante, joua le rôle de pivot face à l’attaque allemande du 9 septembre 1914 au matin.
Balcon naturel surplombant les marais de Saint-Gond, ce lieu symbolique a été choisi pour matérialiser l’avancée extrême des troupes allemandes le 9 septembre 1914.

Mont Moret

L’armée allemande est stoppée sur toute la ligne de front et donnant des signes de lassitude, elle amorce sa retraite le 10 septembre au soir.
Dès le 6 septembre 1914, le Mont Moret va devenir l’enjeu principal des combats autour de Vitry-le-François.
Comme sur les autres secteurs de la bataille de la Marne, c’est sur ce mamelon de la côte 153 que le sacrifice des soldats français a fait basculer le sort des armes.

Village de Nauroy

Ce village fut la plus grande partie de la guerre occupés par les soldats allemands.
Le conflit va obliger la population locale à fuir définitivement leurs maisons le 2 septembre 1914. Les allemands prennent alors position sur les hauteurs de Mont de Champagne, le village de Nauroy se situant sur une charnière.

Navarin

Malgré les nombreuses attaques et le sacrifice de plus de 250 000 soldats, le front tiendra.
De cette hauteur, le Général Gouraud lance l’offensive franco-américaine dégageant le front de Champagne et repoussant les troupes allemandes vers les Ardennes.

Fort de la Pompelle

Cent quatre-vingts régiments, dont deux russes, vont se succéder pour défendre le fort qui fut le verrou de la défense de Reims pendant la Première Guerre mondiale.

Camp de la Vallée Moreau

Situé à 3 km des tranchées, il deviendra un camp de repos durant toute la durée du conflit pour le 83ème régiment de Landwehr.
C’est le seul camp véritable de la Guerre 14-18 qui ait été remis en état sur le terrible front d’Argonne.