1914-18

2014-18

Hier &

Aujourd'hui se rejoignent

Le Monument

Ossuaire Navarin

 

page08-photo01.png

Impressionnant lieu de mémoire, ce monument pyramidal a été édifié à proximité de l’ancienne ferme-auberge de Rougemont, appelée « Navarin » depuis la fin du XIXème siècle. Cette évolution toponymique semble s’expliquer à travers la personnalité de son ancien propriétaire, Parfait Camus : ce dernier aurait-il participé aux combats de la baie de Navarin (Grèce) en 1827 ? Par sa verve peu accueillante, il annonçait régulièrement en patois aux gens de passage : «Anhue n’a va rin », que l’on peut traduire par «Aujourd’hui, il n’y a rien ».

Point central du front de Champagne, Navarin intègre une ligne de hauteurs (buttes de Souain et de Tahure, cote 193, Mont Têtu et main de Massiges) devant laquelle l’offensive française de septembre 1915 vient s’échouer. La ferme disparaît dans les combats de l’automne 1915, des combats acharnés s’y déroulent jusqu’en septembre 1918 : de cette hauteur, le Général Gouraud lance l’offensive franco-américaine dégageant le front de Champagne et repoussant les troupes allemandes vers les Ardennes.

1913 - 1918

Malgré les nombreuses attaques et le sacrifice de plus de 250 000 soldats, le front tiendra.

Edifié sous l’impulsion du Général Gouraud, le monument ossuaire de Navarin est surmonté d’un solide groupe de trois patrouilleurs en pierre, dont l’attitude guerrière est orientée au nord-est, œuvre du sculpteur Maxime Real Del Sarte :

- Le soldat au centre a les traits du Général Gouraud, lui-même,
- Le soldat de droite a les traits de Quentin Roosevelt, fils de Théodore Roosevelt, mort pour la France le 14 juillet 1918 à Chamery (Aisne),
- Le soldat de gauche a les traits du frère du sculpteur Real Del Sarte, tué sur le Chemin des Dames.

Sur le socle sont inscrits les numéros des divisions françaises et alliées qui ont combattu en Champagne. A l’intérieur du monument se trouve une chapelle surprenante dont les murs sont tapissés de stèles et de plus de 1000 plaques commémoratives apposées par les familles des soldats disparus. Dans la crypte sont déposés les restes de 10 000 soldats, la plupart anonymes, tombés au cours des combats de champagne. Souhaitant être inhumé au milieu de ses soldats, le Général Gouraud y repose avec son chef d’état-major, le Général Prételat.

Important lieu de passage depuis toujours, il est devenu également un haut lieu mémoriel de la Grande Guerre, les abords du monument en gardent de profondes cicatrices.

 

Français